OUVRIR SES BAGAGES

Ouvrir ses bagages et les remplir d’optimisme. Les étés sont faits de ses odeurs d’herbes coupées, de la nature qui s’anime, du soleil qui nous réchauffe, de tous ces instants de douceur. La légèreté de ces bateaux et de ces avions de papier qui invitent au voyage. Il n’y a pas de « petits » bonheurs.

Ouvrir ses bagages et les charger de Culture. Pour rattraper le temps dont on a parfois manqué au long de l’année, le quotidien qui ne nous pas laisse pas suffisamment respirer. À travers cette sixième édition des Beaux Bagages, on se prête volontiers de nouveau à la découverte des arts. On se laisse surprendre par un spectacle dont nous ignorions tout et qui nous émerveille par son originalité et le talent de ses artistes ; qu’il nous fasse rire, réfléchir et ne nous laisse pas indifférents, tout simplement. On s’installe sous les étoiles pour une séance de cinéma, pour un concert que l’on vivra ensemble, avec un voisin plus âgé, une voisine avec qui on n’échange d’habitude peu, sinon des «bonjour» et des «au revoir», ou une autre famille que l’on n’a pas encore eu l’occasion de connaître tout à fait. Car à cet instant, qui que nous soyons, nos coeurs battront la même pulsation.

Ouvrir ses bagages pour mieux les vider des «prêt-à-penser», des «y’a qu’à, faut qu’on», des grognons, des pessimistes, des fatalistes. La Culture, c’est se laisser transporter, vivre les mêmes émotions, mais c’est aussi se laisser bousculer, sur un sujet sérieux ou qui l’est moins, c’est se laisser pousser à la réflexion, c’est voir le monde avec les yeux souvent si pertinents des artistes. C’est résister à l’idée que les chiffres du nouveau monde qui polluent les JT auraient définitivement remplacé les lettres. C’est résister pour que les arts ne soient pas qu’un «supplément d’âme», qu’une consolation aux injustices du monde, mais bien un moyen du sursaut des consciences face aux tenants des «there is no alternative» qui produisent tant de brutalités.

Ouvrir ses bagages, c’est s’ouvrir aux autres. Comme tous les ans, la deuxième semaine du mois d’août propose une approche humaniste par l’art. Avec le thème «Au-delà des différences», il s’agit moins de s’intéresser aux singularités que d’agir pour les dépasser. Accepter que le handicap, la pauvreté ou encore les gens qui traversent la Méditerranée sans bagage, ne constituent pas des motifs pour empêcher quiconque de vouloir vivre dignement.

Si l’été est une respiration, la Culture est l’oxygène.

Le Creusot ouvre donc grand ses Bagages, pour une joyeuse série de rendez-vous, pour tous et gratuits ! Nous vous souhaitons un très bel été.